Bibliotecas y pueblos originarios – Bibliothèques et peuples autochtones

Bibliothèques et peuples autochtones


 

A propos de ce site

Sous une forte pression, déplacées et acculées, les sociétés autochtones et "minoritaires" du monde sont en train de perdre leurs cultures et identités à un rythme vertigineux; un processus qui semble de plus en plus irréversible.

Avec la collaboration directe de la communauté et d'autres institutions culturelles et éducatives, la bibliothèque – dans le sens le plus large du terme – peut jouer, en plus de ses traditionnelles tâches informatives et éducatives, un rôle important dans la collecte, la revitalisation, la visibilité, la maintenance et la diffusion des langues, des traditions orales et d'autres expressions culturelles indigènes.

Cela nécessite le développement des fondements théoriques des SIB (Sciences de l'information et des bibliothèques) dans une perspective interdisciplinaire et interculturel, sans colonialisme ou eurocentrisme, et l'adaptation des techniques de SIB aux situations et besoins spécifiques exprimés par les peuples autochtones.

Ce site, maintenu depuis 2007, recueille et diffuse des concepts et des expériences pour développer des services de bibliothèques dans les communautés autochtones, au niveau international et dans le contexte latino-américain. Sont présentés ici les développements théoriques, les essais et les résultats du travail de terrain de l'auteur, ainsi que des documents, projets et initiatives des organisations, des institutions et des professionnels du monde entier.

Bien que la plupart des contenus soient écrits en espagnol ou anglais, il y a des documents traduits en français. Pour un accès plus facile, ces documents seront énumérés ci-dessous.

 

Sujets de recherche

Les sujets de recherche qui seront abordés au sein de ce site seront les problèmes des peuples autochtones et "minoritaires" quant à l'accès aux bibliothèques et autres espaces d'information, et les problèmes de tels espaces quant à fournir des services; le colonialisme et l'eurocentrisme qui dominent le système hégémonique mondiale actuelle et que affectent les SIB, ses outils et ses techniques; les lacunes théoriques et pratiques remarquables des SIB en traitant avec des sociétés "minoritaires"; et la perte généralisée des identités, des cultures et des langues de ces sociétés, ainsi que les actions qui peuvent être prises à partir de la bibliothèque pour inverser ce processus. Ces thèmes de recherche (et leurs résultats) peuvent être tout aussi applicables à de nombreux autres groupes humains qui ne sont pas des "minorités" ou des "indigènes" mais partagent les mêmes problèmes (et souvent ne sont pas aussi visibles).

Ces contenus seront complétés par ceux publiés dans "Tradición oral" et "Bibliotecario".

La théorie et la pratique recueillies ici montrent un travail continu de la critique et l'autocritique, dans une tentative d'exposer et de prévenir la fausse unicité, le romantisme et l'exotisme qui, malheureusement, ont entouré les peuples autochtones et "minoritaires".

En vertu de cette politique d'autocritique, on n'a pas repris ici l'utilisation du terme "bibliothèque indigène", pour les contradictions et problèmes inhérents au concept. Il sera supposé qu'une bibliothèque publique doit aussi fournir des services à tous ses utilisateurs, sans distinctions, descriptions ou étiquettes majeures – encourageant l'interaction et la reconnaissance entre les différentes identités, les différents secteurs sociaux. L'accent, par conséquent, ne sera pas mis sur le développement des "bibliothèques indigènes/minoritaires", mais sur la création d'outils, techniques, lignes directrices, définitions, concepts, stratégies, etc. pour permettre à toutes les bibliothèques de répondre de manière adéquate aux besoins des utilisateurs autochtones ou "minoritaires", d'être capable de gérer les connaissances autochtones, et/ou de servir d'espace de (re)connaissance, de réunion et de dialogue pour différentes cultures et identités.

 

L'auteur

D'abord et avant tout, je suis un bibliothécaire: un gestionnaire de l'information et dans le même temps, un rat de bibliothèque. Au cours des 15 dernières années, j'ai exploré un grand nombre de domaines de ma profession, et je suis spécialisé dans ceux que j'aime le plus: la collecte et la gestion de l'histoire orale et de sons (musicaux) traditionnels, les peuples autochtones (et les bibliothèques à leur usage), des langues et des cultures en voie de disparition, et la classification de la connaissance. Mais j'ai servi aussi comme bibliothécaire de référence, et j'ai créé et géré des catalogues dans des bibliothèques populaires et académiques, ainsi que publiques et privées. Je suis un enseignant, un professeur, un chercheur et un auteur. J'ai construit des réalités et communautés virtuelles. J'ai soutenu (et pratiqué) la pensée critique, l'action directe, le libre accès à l'information... J'ai porté des livres pour enfants sur mon dos dans les communautés rurales, et ai créé des bibliothèques numériques bio-médicales; j'ai enseigné dans des bibliothécaires populaires, et ai participé à des projets et organisations internationales.

J'ai travaillé dans les services de bibliothèque pour les peuples autochtones quasi depuis le début de ma carrière de bibliothécaire, à la fois directement sur le terrain (avec les communautés dans le nord de l'Argentine), et en tant que professeur et chercheur, développant et transmettant la théorie et les bonnes pratiques. J'ai publié des livres et des articles, j'ai donné des conférences et ai dispensé des cours au niveau international.

Au-delà du monde des livres, j'ai passé toute ma vie en tant que rédacteur, correcteur de textes académiques, et graphiste. J'ai étudié, en plus des BIS, la biologie et l'histoire. J'ai essayé beaucoup d'autres choses au-delà de mon domaine d'expertise (et échoué dans beaucoup d'entre eux). Et j'aime raconter des histoires: jouant la musique, écrivant des histoires et des romans, ou observant la réalité virtuelle à travers mes blogs.

 

Contact

Veuillez écrire à edgardocivallero (at) gmail (point) com.

 

Documents en français

Conférences

Tradition orale dans le sud de l’Amérique Latine: Les efforts de la bibliothèque pour sauver des sons et des histoires du silence. En 73rd IFLA General Conference and Council, Durban (Afrique du Sud), 19-23 août 2007.

    Téléchargement direct (Googlesites) (lien). Téléchargement alternatif (Academia.edu) (lien.

 

Santé tribale dans les bibliothèques scolaires: Tradition orale et expression culturelle. En 73rd IFLA General Conference and Council, Durban (Afrique du Sud), 19-23 août 2007.

    Téléchargement direct (Googlesites) (lien). Téléchargement alternatif (Academia.edu) (lien).

 

Bibliothèques, peuples indigènes, identité et inclusion. En 73rd IFLA General Conference and Council, Durban (Afrique du Sud), 19-23 août 2007.

    Téléchargement direct (Googlesites) (lien). Téléchargement alternatif (Academia.edu) (lien).

 

Qadede Idá?at: Une ancienne tradition parcourant la famille. In 72nd IFLA General Conference and Council, Seoul (Corée du Sud), 20-24 août 2006.

    Téléchargement direct (Googlesites) (lien). Téléchargement alternatif (Academia.edu) (lien).

 

Droits d'auteur

Les contenus publiés sur ce site sont la propriété intellectuelle de l'auteur, sauf indication contraire, et sont distribués à travers une licence Creative Commons by-nc-nd 4.0 international.

Bon nombre des œuvres présentées à travers ce site sont des articles académiques, des chapitres de livres ou livres numériques complets, des recherches originales ou des conférences internationales: elles devraient donc être traitées et citées en tant que telles.

Les contenus graphiques sont utilisés sur une base non-lucrative; sauf dans les cas où l'auteur peut être identifié clairement et sans ambiguïté (dans ce cas, suivant les préceptes du fair use, tous les renseignements pertinents seront inclus), ils seront cités en fournissant, dans le pied de page, l'URL d'origine où l'image a été trouvée. Les contenus graphiques seront retirés de ce site si le propriétaire intellectuel, une fois ses droits prouvés, le demande.

 


Photo: Codex Zouche-Nuttall/Tonindeye du Mexique central, de The West's Darkest Hour (lien).